Fibres textiles écologiques : coton biologique vs coton conventionnel

S'habiller avec des fibres naturelles, bio et écolo devient de plus en plus tendance. Pourquoi ? Parce que bon nombre de consommateurs ne veulent plus subir les effets néfastes des produits non bio (pas forcément synthétiques), en eux-mêmes nocifs pour la santé et pour l'environnement.

Mais à l'heure où de plus en plus de Français ne jurent que par les textiles naturels et le tissu " bio ", savez-vous ce que signifient exactement les qualificatifs " naturel ", " bio " et " écolo " ? Au final, que veut dire " textile écologique et biologique " ?

Dans les lignes qui suivent, nous allons tenter de répondre à ces questions. Nous aborderons également les grandes différences entre le coton conventionnel (fibre artificielle) et le coton bio (fibre naturelle). La culture du coton à travers le monde n'ayant pas fini de faire couler beaucoup d'encre... 

Que veut dire textile écologique et biologique ?-1

Textile écolo et bio : qu'appelle-t-on fibre " naturelle " ?  

En règle générale, il existe 3 grandes familles de fibres textiles : 

  • les fibres " naturelles " (végétales, animales ou minérales) qui n'ont subi aucune transformation chimique ;
  • les fibres " artificielles ", obtenues par transformation chimique d'une matière naturelle ; 
  • les fibres " synthétiques ", obtenues par réactions chimiques. 

Concernant plus particulièrement les fibres naturelles, si le coton est, depuis le XIXe siècle, la première fibre textile la plus utilisée au niveau mondial, nous verrons que d'autres fibres végétales comme le chanvre et le lin constituent également d'excellentes alternatives au coton.  

Textile écolo et bio : différences entre " biologique " et " écologique " 

Les termes " écologique " et " biologique " ne veulent pas dire exactement la même chose. En effet, un textile bio n'est pas forcément un textile écolo. 

Qu'est-ce qu'un tissu biologique ?

Un textile est dit " biologique " lorsqu'il est fabriqué dans des conditions répondant aux exigences de l'agriculture biologique. Autrement dit, il doit :

  • ne pas utiliser de pesticides, ni d'engrais chimiques ;
  • ne pas recourir à des graines OGM ou à des hormones chimiques ;
  • respecter les sols et les animaux utilisés pour produire les matières premières.

Il faut toutefois savoir que textile " bio " ne veut pas forcément dire textile " écologique ". Car pour qu'il puisse être qualifié comme tel, il doit d'abord avoir une empreinte écologique minimale.

Parmi les principaux labels certifiant les textiles " bio " figurent : Ecocert, Global Organic Textile Standard (GOTS), Oeko-tex, Bio équitable, Biore, Naturtextil, Demeter, EU Ecolabel Européen Textile.

Qu'est-ce qu'un tissu écologique ?

Trois critères sont à prendre en compte, pour déterminer si un textile est " écolo " ou non :

  • le procédé de culture et de traitement des fibres naturelles utilisées ;
  • le procédé de fabrication et de distribution du textile ;
  • les modes d'utilisation et de recyclage du produit.

En somme, le caractère " écolo " d'un textile se juge sur son impact écologique à travers toute sa chaîne de valeur. Un tissu " écolo " doit donc être respectueux aussi bien de la santé et de l'environnement, que de l'éthique dans l'industrie textile.

Seuls les textiles certifiés GOTS peuvent être qualifiés d'" écologiques et biologiques ".   

Coton, lin, chanvre. Quelle fibre naturelle choisir ?

Le coton est certes la plus importante des fibres naturelles au monde. " Importante " aussi bien en termes de volume de production que de quantité consommée. Cette fibre textile est en effet appréciée pour ses nombreux avantages : sa matière est souple et agréable, et elle possède, en outre, un grand pouvoir absorbant et isolant. Mais comme nous le verrons plus loin, il faut bien faire la différence entre coton conventionnel et coton bio (voir plus loin). 

A part le coton, d'autres fibres végétales comme le chanvre et le lin bénéficient de la faveur des consommateurs français :

  • le lin : c'est l'une des fibres les plus écologiques. Elle est très résistante, thermorégulatrice, isolante et respirante ;
  • le chanvre : c'est aussi une fibre très résistante, peu polluante, naturellement antibactérienne et antifongique.

En raison de leurs nombreux atouts, ces deux matières premières constituent d'excellentes alternatives au coton. Notons que la France est le leader mondial de la production de lin, et le leader européen de la production de chanvre.

Voyons maintenant pourquoi les adeptes du coton doivent éviter le coton conventionnel, et plutôt opter pour du coton bio. 

Coton conventionnel : pourquoi faut-il l'éviter ?

A l'origine d'importants désastres écologiques, la culture du coton conventionnel est l'une des plus polluantes au monde. En effet, elle demande l'utilisation d'une quantité phénoménale de produits chimiques, toxiques pour l'homme et pour l'environnement, tels que les pesticides et les produits de blanchiment et de teinture du coton.  

Nous vous donnons ci-après, chiffres à l'appui, quelques-uns des faits reprochés au coton classique : 

  • il occupe seulement 3 % des terres cultivées de la planète, alors que sa culture absorbe 25 % des pesticides utilisés dans le monde ;
  • la culture du coton traditionnel, très gourmande en engrais, utilise 4 % des fertilisants à l'azote et au phosphore au niveau mondial (Source : Ademe) ;
  • l'épandage de pesticides sur les champs de coton cause la mort de 22 000 personnes, victimes d'intoxication, chaque année à travers la planète (Source : Organisation Mondiale de la Santé - OMS) ;
  • la culture du coton non bio nécessite en outre une quantité d'eau d'environ 5300 litres pour la production de seulement 1 kg de coton ;
  • le coton non bio constitue la 3e culture la plus consommatrice d'eau d'irrigation au niveau mondial, après le riz et le blé, mais avant le maà¯s :
  • la teinture des vêtements et tissus en coton utilise des colorants chimiques contenant des métaux lourds, ainsi que d'autres produits toxiques et allergisants pour les employés qui travaillent le tissu, mais également pour les consommateurs.

Sans oublier les fortes émissions de gaz carbonique à effets de serre, générées aussi bien par les champs de coton, que par l'industrie textile, surtout lors de la fabrication de tissus et de vêtements en coton.

Les choses changent toutefois, car un nombre croissant de consommateurs et d'industriels appuient l'utilisation du coton biologique et d'autres fibres durables. 

Que veut dire textile écologique et biologique ?-2

Le coton bio, une matière première " écologique " 

Contrairement au coton conventionnel, le coton bio est moins polluant et également plus écologique. Il permet de fabriquer des vêtements éthiques, respectueux de l'environnement et de la santé aussi bien des employés que des consommateurs.

Le coton bio est cultivé à base d'engrais naturel, sans pesticide. Il jouit des mêmes avantages que le coton classique, tout en nécessitant nettement moins d'eau pour sa production et la fabrication de textile. La culture du coton biologique nécessite en effet 91 % d'eau en moins par rapport à celle du coton classique, grâce notamment à  : 

  • une absence d'épandage de pesticides chimiques et autres produits toxiques ;
  • un recours à une technique d'irrigation économe en eau, excluant l'irrigation intensive.

Autrement dit, des millions de litres d'eau sont ainsi économisés.

Le coton bio présente, en outre, beaucoup d'autres atouts non négligeables, parmi lesquels :

  • le fait que la culture du coton biologique soutient et régénère la fertilité du sol ; 
  • la non-utilisation d'engrais chimique et de semences de coton génétiquement modifiées, donc pas d'OGM ;
  • l'utilisation de pesticides naturels (urine de vache, piège à phéromones, etc.) et d'engrais organiques (fumier et compost) ;
  • la préservation de la biodiversité locale ;
  • une fabrication éthique, qui respecte les petits producteurs et les travailleurs, dans le cadre d'un commerce équitable ;
  • une forte réduction de l'impact environnemental de la culture de coton bio et l'industrie textile ;
  • des produits textiles (vêtements et tissus en coton bio) qui ne provoquent pas d'allergies chez le consommateur, et qui sont tout particulièrement adaptés aux bébés, aux petits enfants et aux personnes allergiques.

Tous ces avantages expliquent le succès du textile en coton biologique auprès des consommateurs aussi bien en France qu'au niveau mondial. Notons que la demande en coton bio a affiché une forte croissance depuis l'an 2000. 

Alors, comment reconnaître un coton dit " bio " ? La meilleure (et la seule) manière de s'assurer qu'un tissu est écologique, et qu'il est bien fabriqué à partir de fibre de coton biologique, est de vérifier qu'il possède bien la certification GOTS (Global Organic Textile Standard). Mondialement reconnu, ce label est en effet jusqu'ici le seul référentiel à même de garantir le caractère biologique et écologique d'une fibre textile.

Nous vous recommandons ces autres pages :